Une gêne bronchique à l’expiration dont les principaux mécanismes seraient : une inflammation des bronches (œdème), une hyperréactivité bronchique (sécrétion accrue de mucus), une contraction des bronches (diminution du diamètre), se définirait comme étant de l’asthme.

L’asthme, maladie pulmonaire, serait une maladie qui évoluerait par crises ou par poussées, aussi, dans certain cas, le traitement attribué à ce genre de maladie serait un traitement de fond.

Un traitement de fond se définirait comme un traitement préventif, continu et qui ne pourrait  être stoppé que sur un avis médical.

Le médicament SERETIDE serait utilisé pour le traitement de fond de l’asthme.

Acheter Seretide

SERETIDE

 

Le médicament SERETIDE serait utiliser pour soigner et l’asthme et la bronchopneumonie chronique obstructive (BPCO) (dans ce dernier cas, la dose serait 50/500µg DERETIDE DISKUS).

 Le SERETIDE aurait plusieurs formes :

– Sérétide 50µg/25µg/dose (suspension pour inhalation)

– Sérétide 125µg/25µg/dose (suspension pour inhalation),

– Sérétide 250µg/25µg/dose (suspension pour inhalation),

– Sérétide DISKUS 100µg/50µg/dose (poudre pour inhalation),

– Sérétide DISKUS 250µg/50µg/dose (poudre pour inhalation), et

– Sérétide DISKUS 500µg/50µg/ dose (poudre pour inhalation).

Comment SERETIDE marche ?Fabriqué par le laboratoire GSK (Glaxo-SmithKline), le SERETIDE aurait comme principes actifs le propionate de fluticasone et le xinafoate de salmétérol.

Le propionate de fluticasone serait un corticoïde dont une propriété anti-inflammatoire. Dans ce cas, ce principe actif lutterait contre les œdèmes épithéliaux des bronches.

 Une fois que les bronches se seraient enflammées, une hyperréactivité bronchique par la sécrétion accrue de mucus n’a pas de raison d’être.

 Tandis que le xinafoate de salmétérol serait un bronchodilatateur. Aussi, il lutterait contre une contraction anormale des bronches. De la même famille que l’adrénaline, le xinafoate de salmétérol, contrairement à l’adrénaline, n’aurait que très peu d’effet sur le cœur malgré que son action qui durerait 12 heures.

Comment utiliser SERETIDE ?

 

Comme tous les médicaments, la posologie prescrite par le médecin devrait être suivie. En cas de doute, il faudrait se référer au médecin traitent.

Le mode d’ingestion de SERETIDE serait par inhalation. Le patient devrait prendre sa dose régulièrement, même lorsqu’il ne présenterait aucun symptôme. La dose ne devrait être changée que sur prescrirons médicale. Il en serait de même pour l’arrêt.

Une évaluation régulière du patient devrait être réalisée sur l’état de santé du patient.

Avant la première utilisation

 

Pour être sûr d’avoir la bonne dose et que l’inhalateur est en bon état de fonctionnement, avant la première utilisation, il faudrait libérer des bouffés de SERETIDE dans l’air jusqu’à ce que l’indicateur de doses montre 120 (pour un inhalateur de 120 doses).

Utilisation

 

Il faudrait que le patient enlève le capuchon protecteur du bouchon (en pressant les deux côtés du capuchon). Vérifier qu’il n’y ait aucun corps étranger emprisonné dans l’embout et qu’il soit propre. Ensuite, il faudrait bien agiter l’inhalateur. Puis, le patient devrait expirer au maximum et immédiatement après, placer l’embout dans la bouche (entre les dents et lèvres fermées), tout en maintenant l’inhalateur bien droit. Dès qu’il ressent l’envie d’inspirer, l’inhalateur devrait être pressé (voir schéma ci-contre) pour libérer le produit et en même temps le patient l’inspirerait profondément.

Après, le patient devrait retenir sa respiration le plus longtemps qu’il pourra, tout en enlevant l’inhalateur.

Si, une deuxième dose serait nécessaire, le patient devrait attendre 30 secondes et reprendre les étapes à partir du moment où l’inhalateur devrait être agité.

Après avoir pris les doses recommandées, il faudrait nettoyer l’embout de l’inhalateur, vérifier qu’il soit bien sec puis le fermer. Un « clic » confirmera la bonne fermeture du capuchon.

 Si l’inhalateur n’a pas été utilisé pendant une ou plusieurs semaines, il faudrait vérifier si la date d’expiration n’est pas atteinte avant toute utilisation. Ensuite, il faudrait libérer deux bouffées de SERETIDE avant de procéder à l’inhalation. L’inhalation devrait suivre le mode d’utilisation énoncé plus haut.

Afin de ne pas être en rupture de stock, le patient devrait penser à avoir à porter de main un autre inhalateur dès que celui en cours affiche 020. Quand les doses dans l’inhalateur seraient épuisées, le compteur afficherait 000.

Chaque bouffé serait décomptée à chaque fois que l’inhalateur est déclenché (même pour les deux bouffées dans le cas d’une libération de dose avant l’utilisation, quand l’inhalateur n’est pas utilisé pendant une ou plusieurs semaines).

Nettoyage de l’inhalateur

 

Dans tous les cas, il faudrait éviter de mettre la cartouche métallique  dans l’eau.

L’inhalateur devrait être nettoyé au moins une fois par semaine.

Lors du nettoyage, il faudrait commencer par retirer le capuchon. Surtout, il faudrait éviter  de retirer la cartouche  de son adaptateur en plastique. Ensuite, il faudrait essuyer l’intérieur et l’extérieur de l’embout avec un tissu propre et sec. Si c’est un mouchoir en papier ou un essuie-tout qui est utilisé, il faudrait faire attention aux bouloches de papier laissés par ceux-là.   Une fois le nettoyage réalisé, remettre le capuchon en faisant attention au sens. Un « clic » attesterait la bonne fermeture du capuchon. Dans le cas où il faudrait faire une pression pour remettre le capuchon, cela signifierait qu’il est placé dans le mauvais sens. Il suffirait alors de le tourner.

Mises en garde et précautions

 

Le SERETIDE serait un traitement de fond de l’asthme. En ce sens il ne serait pas adapter aux crises aiguës. En cas de crise aiguë, il serait plus adapté d’utiliser un dilatateur de bronches à effet rapide et de courte durée tels que les médicaments à base de salbutamol.

Chez les patients asthmatiques sous SERETIDE, le traitement ne pourrait être arrêté brusquement, car il y aurait un risque de crise et ou d’aggravation de l’état de santé.  Dans le cas où un arrêt de traitement serait programmé, il faudrait diminuer progressivement la dose (suivant l’avis du médecin traitant).

Tandis que pour les patients atteints de BPCO, l’arrêt du traitement pourrait provoquer une décompensation symptomatique. Aussi, il faudrait consulter un médecin avant l’arrêt du médicament et ce dernier devrait être suivi.

Suivant sa composition, le SERETIDE, serait à utiliser avec précaution chez les patients hypertendus ou ceux qui auraient des troubles cardio-vasculaires doublés  d’arythmies, des infarctus  du myocarde récent, du diabète et pour ceux atteints d’hyperthyroïdies.

Les 2 principaux actifs du SERETIDE, seraient éliminés par le foie. En cas d’insuffisance hépatique, le propionate de fluticasone et le xinafoate de salmétérol pourraient s’y accumuler. Les patients, sous SERETIDE, atteints de cette maladie devraient alors être étroitement surveillés.

 

Le traitement prolongé (notamment à forte dose), de corticoïdes en inhalation (l’un des composants du SERETIDE), pourrait conduire à des effets secondaires systémiques. Néanmoins, ces risques seraient moindres par rapport aux patients sous corticoïdes oraux.

Les patients traités sous SERETIDE, ne devrait en aucun cas recevoir de β-bloquants non sélectifs, tel que le propranolol. Pour les β-bloquants cardiosélectifs, des précautions seraient de rigueur.

Sign In

Lost Password

Sign In

Xenical

XENICAL

PROMOTION EN COURS !
EN SAVOIR PLUS !
* OFFRE LIMITÉE