8.5

Note testeurs

Pulmicort serait utilisé en traitement  continu de l’asthme persistant sévère. Ce médicament contenant du corticoïde agirait en anti-inflammatoire sur les muqueuses des bronches. Le Pulmicort serait présenté soit en nébuliseur, soit en Turbuhaler.

Pulmicort nébuliseur serait surtout recommandé pour les malades inaptes à utiliser le Turbuhaler. Ce serait pour cette raison qu’il serait prescrit chez les enfants et les nourrissons. Pulmicort Turbuhaler serait par contre indiqué pour les patients ayant des difficultés à utiliser les nébuliseurs. En tout cas, l’effet de Pulmicort sur la maladie serait lent et il serait inefficace en cas de crise d’asthme.

Acheter Pulmicort

Comment reconnaître un asthme persistant ?

 

Il faudrait d’abord savoir que l’asthme serait classé parmi les maladies dites chroniques. Sa durée et les fréquences de ses crises détermineraient sa gravité ou non. Il pourrait également y avoir diverses formes suivant les personnes et les causes ou facteurs déclenchants. Ainsi, d’après trois critères que sont la gravité (ce qu’on pourrait constater durant les crises), l’activité (ce qui aurait pu se passer durant les semaines précédentes) et la sévérité (comment aurait évoluer la maladie pendant l’année) de la maladie, il existerait les types d’asthme suivant :

  • L’asthme intermittent léger. Cas où les crises n’auraient apparu que moins d’une fois par semaine et les crises nocturnes moins de deux fois par mois.
  • L’asthme chronique léger. Où les crises apparaîtraient plus d’une fois par semaine, tandis que les crises nocturnes se répèteraient plus de deux fois par mois.
  • L’asthme chronique modéré. Ici, les crises nocturnes surviendraient plus d’une fois par semaine. Les symptômes seraient visibles au quotidien.
  • L’asthme chronique ou persistant sévère. Le malade souffrirait en permanence. Les crises nocturnes ainsi que les exacerbations seraient fréquentes. Dans ce cas, les activités physiques de l’asthmatique seraient limitées. C’est donc dans ce dernier cas que Pulmicort serait indiqué. Il aiderait à maîtriser les symptômes et permettrait également de prévenir les crises.

Posologie et mode d’emploi du Pulmicort

 

Généralement, le Budésonide, composant du Pulmicort, exercerait son effet en moins de dix jours après le début du traitement.

Il faudrait noter que l’effet freinateur du budésonide sur l’axe hypophyse – glandes surrénales, ne se manifesterait pas à une dose inférieure à 1600µg/24h.

La détermination de la dose initiale devrait se faire suivant la sévérité des symptômes avant le traitement. Le traitement serait ensuite ajusté suivant l’évolution de la maladie au cas par cas. Comme tout traitement de l’asthme, il conviendrait de toujours rechercher l’efficacité avec la dose minimale. Ce, surtout quand l’état du patient se serait amélioré, après que les symptômes auraient régressé, au bout de plusieurs jours ou semaines de traitement.

Au cas où l’asthme se déstabiliserait, la dose devrait être augmentée, mais l’avis médical serait toujours nécessaire.

La posologie recommandée pour l’enfant serait de 0,5 mg à 2 mg par jour, en deux prises.

Lorsque Pulmicort est pris avec un bronchodilatateur, ce dernier devrait être utilisé en premier.

Pulmicort nébuliseur :

L’administration de la suspension devrait se faire par voie inhalée à l’aide du nébuliseur à air comprimé.

Pulmicort Turbuhaler :

Avant l’inhalation, il faudrait vider complètement les poumons puis placer l’embout de l’appareil entre les lèvres. Puis aspirer à fond. Le malade devrait ensuite essayer de garder l’air dans les poumons quelques secondes avant de les vider.

Précautions d’emploi:

  • Comme la suspension contenue dans l’unidose étant stérile, tout reste de suspension non utilisée devrait être jeté après utilisation.
  • Pulmicort ne devrait être ni injecté ni avalé
  • Se rincer la bouche après chaque inhalation, afin d’éviter des désagréments tels que toux ou voix rauque, qui pourraient survenir.
  • En cas de grossesse, il n’y aurait pas de problème particulier pour l’utilisation du Pulmicort. Toutefois l’avis médical serait toujours préconisé avant d’en prendre.
  • Pulmicort n’aurait pas d’effet sur le nourrisson, mais il serait déconseillé de l’utiliser sans avis médical
  • Les sportifs devraient faire attention à l’utilisation de Pulmicort car il contiendrait une substance qui pourrait rendre positif les tests anti-dopage.

 

Les présentations de Pulmicort

 

  • 0,125 mg par mL Chaque ampoule contiendrait 0,125 mg de budésonide par mL.
  • 0,25 mg par mL Chaque ampoule contiendrait 0,25 mg de budésonide par mL.
  • 0,5 mg par mL Chaque ampoule contiendrait 0,5 mg de budésonide par mL.
  • Ingrédients non médicinaux : acide citrique édétate disodique polysorbate 80 chlorure de sodium, citrate de sodium et eau purifiée.

 Flacon de 100 μg – 200 μg  ou 400 μg

Chaque présentation contiendrait  de la poudre pour inhalation. Il s’agirait d’un flacon doseur (pour 200 doses) muni d’un embout buccal.

Les contre-indications du Pulmicort

 

Il serait déconseillé d’utiliser Pulmicort dans les cas ci-après :

  • une allergie au budésonide ou à l’un des ingrédients du médicament
  • une crise d’asthme, un état de mal asthmatique (asthme sévère et rebelle) ou une bronchectasie modérée ou grave (un trouble pulmonaire caractérisé par des lésions des tubes bronchiques).
  • une tuberculose pulmonaire évolutive ou une atteinte antérieure non traitée
  • une infection thoracique d’origine fongique, bactérienne ou virale non traitée

Quels seraient les effets secondaires du Pulmicort?

 

Des effets secondaires pourraient apparaître lors du traitement. L’effet pourrait être léger ou grave, comme ce serait le cas pour divers types de médicaments. Ce ne seraient pas toutes les personnes qui prennent des médicaments qui seraient sujettes à ces effets secondaires. Si ceux-ci s’avèreraient inquiétants, consulter le médecin. Ci-après quelques effets secondaires possibles :

  • goût désagréable
  • une toux
  •  diarrhée
  • Gorge sèche
  • maux de tête
  • enrouement, irritation de la gorge
  • nausée

D’autres effets secondaires, beaucoup plus rares que les précédents pourraient apparaître :

  • modifications du comportement surtout chez les enfants
  • dépression
  • état de nervosité
  • agitation
  • éruption cutanée sur le visage

Pulmicort et les autres médicaments ?

 

Il pourrait se produire une interaction entre l’un des médicaments ci-après et le budésonide :

  • le kétoconazole
  • l’itraconazole,
  • le léflunomide
  • l’échinacée
  • les vaccins vivants (par ex. le vaccin BCG, le vaccin contre la fièvre jaune, le vaccin ROR),
  • le natalizumab
  • le pimécrolimus
  • les inhibiteurs de la protéase (par ex, l’atazanavir, le ritonavir, le saquinavir),
  • tacrolimus

il serait nécessaire de prévenir votre médecin si vous prenez l’un de ces médicaments. Dans ces cas, il  pourrait vous dire de :

  • cesser la prise de l’un des médicaments,
  • remplacer l’un des médicaments par un autre,
  • modifier la manière dont vous prenez l’un des médicaments, ou les deux,
  • ne rien changer du tout.

Sign In

Lost Password

Sign In

Xenical

XENICAL

PROMOTION EN COURS !
EN SAVOIR PLUS !
* OFFRE LIMITÉE