KATYA

Célibataire, en couple, mère de famille…chacun ou chacune peut actuellement choisir les moyens de contraception qui pourraient s’adapter à sa mode de vie. Car, il est évident que les besoins et les contraintes d’une jeune maman différeraient d’une femme mature, ou d’une jeune célibataire !

Ces modes de contraception seraient de plus en plus nombreux et sous diverses formes comme la pilule, l’implant, le patch, le préservatif, le stérilet, … En d’autres termes, ces différentes méthodes pourraient être chimiques (comme les pilules), physiques (les préservatifs,  par exemple), chirurgicales ou les méthodes naturelles.

Les pilules anticonceptionnelles seraient la méthode la plus usité des femmes. Elles feraient partie des contraceptifs hormonaux car elles renfermeraient deux types de substances : les hormones œstrogènes et les hormones progestatifs. Appelée également pilule combinée, la pilule contenant les oestroprogestatifs préviendrait d’une grossesse de trois manières :

  • Elle changerait l’équilibre hormonal de la femme pour que ses ovaires n’ovulent pas correctement ;
  • Elle agirait au niveau du mucus produit par le col utérin, en l’épaississant et en formant un bouchon muqueux pour créer une barrière aux spermatozoïdes, défavorisant ainsi leur rencontre avec l’œuf à féconder
  • Au niveau de l’utérus, son action serait d’empêcher l’épaississement de l’endomètre pour qu’un œuf fécondé ne puisse s’y nicher et s’y développer.

L’efficacité de la pilule contraceptive serait supérieure à 99% aux dires de la littérature.

Ce qu’il faut savoir avant la prise d’un contraceptif hormonal combiné

 

D’une manière générale, on opterait pour une méthode contraceptive la moins contraignante possible, la plus fiable et sans les effets secondaires.

Pour le médecin que vous consulteriez, il devrait savoir certains points importants avant de pouvoir vous conseiller efficacement afin de respecter les contre-indications à ce médicament. Ces points seraient entre autres : si vous allaitez, si vous ou un membre de votre famille aurait eu un  problème circulatoire comme avoir un caillot ou une thrombose, des problèmes de veines, des problèmes cardiaques ou une tension artérielle élevée. Il serait également de son devoir de connaitre vos antécédents hépatiques, biliaires,  si vous fumez, si vous auriez une grosseur au sein ou  auriez eu un cancer du sein, si vous aviez eu des réactions allergiques aux composants du médicament…

Lorsque vous auriez décidé de prendre la pilule. Il serait judicieux de consulter la notice rédigée par le laboratoire fabriquant. Elle serait la plus amène à vous donner les informations les spécifiques possibles sur la pilule et elle vous indiquerait la liste des effets secondaires observés.

La pilule serait à prendre chaque jour, à la même heure ; et si vous oubliez, dès que vous vous souveniez, il faudrait la prendre, puis prendre également la dose suivante à l’heure habituelle. D’une manière générale, la notice contiendrait également des indications sur ce qu’il faudrait faire en cas d’oubli.

Katya : une pilule contraceptive combinée

 

 Fabriquée par le Laboratoire Stragen Europe Ltd,  Katya  serait une pilule contraceptive orale combinée qui serait composée des principes actifs suivants : l’Ethinylestradiol (30 microgrammes), le gestodène (75 microgrammes). Ce seraient deux hormones synthétiques respectivement des œstrogènes et de la progetérone.

Comme toute pilule contraceptive combinée, Katya a pour rôle de stopper l’ovulation, et avec cela, la probabilité d’avoir un œuf fécondé au milieu du cycle menstruel soit vers le 14ième jour, en général. Katya aurait la même dose d’hormones dans chaque comprimé. Il serait donc une pilule monophasique. Calquée sur le cycle menstruel classique de 28 jours, Katya serait prise pendant 21 jours avec 7 jours d’arrêts. Après les sept jours d’arrêt  de prise de la pilule, l’ovulation serait susceptible d’avoir lieu si l’on oublie de commencer la nouvelle plaquette suivante. Il se pourrait que la probabilité d’être enceinte soit nettement supérieure qu’avant la prise de contraception !

Comment prendre Katya ?

 

Normalement, la pilule Katya serait à prendre le 1er jour de la période des règles, ce qui correspondrait au premier jour du cycle menstruel. Après les 21 prises, c’est-à-dire, la plaquette entière, sept jours de pause seraient observés. Cette période correspondrait à une diminution du taux d’hormones dans le sang et qui provoquerait alors le saignement. Après cette pause de sept (7) jours, saignement ou pas, il faudrait commencer la plaquette suivant pour éviter de tomber enceinte. Les plaquettes Katya seraient accompagnées d’un calendrier indiquant les jours de la semaine pour un repérage facile. Dès la prise de Katya le 1er jour du cycle, la femme serait protégée de la grossesse et n’aurait besoin d’aucune autre méthode contraceptive. Il serait de même lors de la pause de la prise ; et ceci  à condition que les pilules soient  correctement prises, et que la prise de la plaquette suivante soit également respectée.

Il paraitrait qu’il serait possible de commencer la prise de Katya jusqu’à cinq jours du cycle de la femme sans avoir recours à une autre méthode contraceptive supplémentaire. Cependant, si la femme aurait un cycle menstruel court, comme 23 jours ou moins, démarrer après le cinquième jour n’offrirait pas de protection immédiate contre la grossesse.

Après une naissance et que la femme n’aurait pas allaité, Katya pourrait être prise le 21ième jour après la naissance pour se protéger contre une grossesse immédiate. Plus tard que ce 21ième jour, une autre méthode contraceptive serait à conseiller pendant les sept (7) premiers jours. Consulter le médecin traitant ou la sage-femme serait nécessaire pour définir la méthode contraceptive à utiliser.

Si la femme débuterait la prise de Katya immédiatement après une fausse couche ou un avortement dont le fœtus serait moins de 24 semaines, elle serait de suite protégée  contre la grossesse. Si la prise de Katya ne commencerait qu’à plus de sept (7) jours après la fausse couche ou l’avortement, une méthode contraceptive complémentaire serait indispensable pendant les sept premiers jours de la prise.

L’efficacité de Katya ne serait plus à prouver, si la femme la prendrait correctement, sauf aux cas où elle aurait des vomissements, de la diarrhée, ou si elle prendrait certains médicaments qui amoindriraient le rendement de Katya.

Que faire en cas d’oubli ?

 

Katya serait à prendre chaque jour à la même. Si on oublierait :

  • Une pilule ou si le départ de la plaquette suivante serait retardé d’un jour: le comprimé omis devrait être pris aussitôt que l’on s’en souviendrait, puis il faudrait continuer le reste comme d’habitude. Aucune autre conception ne serait nécessaire pour se protéger de la grossesse.

 

  • Deux ou plus de comprimés auraient été oubliés ou la prise de la plaquette suivante serait retardée de deux ou plusieurs jours: la protection contre la grossesse ne serait plus  aussi efficace. Il faudrait alors prendre le dernier comprimé oublié le plus tôt possible ; puis continuer à prendre les autres comme d’habitude : une pilule chaque jour. Cependant, il faudrait également utiliser une méthode contraceptive supplémentaire pendant les sept (7) prochains jours.

 

  • S’il resterait moins de sept (7) comprimés dans la plaquette après la pilule omise, il faudrait terminer la plaquette et commencer de suite la nouvelle sans qu’il y ait interruption. Donc pas de pause de prise de pilule.

 

  • S’il resterait sept (7) pilules ou plus dans la plaquette après la pilule omise. Il faudrait terminer la plaquette et prendre une pause de prise de sept (7) jours. Puis, il serait conseillé de débuter la plaquette suivante comme d’habitude.

Ces conseils seraient délivrés à titre indicatif ; le mieux serait toujours de prendre l’avis du médecin traitant, de la sage-femme ou du pharmacien pour des conseils individualisés qui correspondrait aux cas de chacune.

Découvrez aussi :