8.6

Note testeurs

NACREZ est une pilule uniquement à base de progestatif, indiquée pour éviter une grossesse. Cette pilule prendrait plusieurs noms suivant les pays membres de l’espace économique européen, où elle serait commercialisée.

Ainsi, elle serait appelée Tevanette en Allemagne ; Nacrez en Belgique, Danemark, Italie, Hongrie, Slovénie, Espagne et Royaume Unie ; Xynia en République Tchèque ; Désogestrel au Pays-Bas ; Suzette en Pologne et Softinette en Roumanie.

Acheter Nacrez pas cher

NACREZ, c’est quoi ?

 

L’action de NACREZ serait principalement centrée sur l’obstruction du passage des spermatozoïdes vers l’utérus. A l’opposé, des autres minipilules, NACREZ aurait une action en plus, grâce à sa forte dose, elle aurait aussi l’avantage d’empêcher l’ovulationFabriqué par le laboratoire britannique TEVA, NACREZ serait une pilule  prescrite pour les femmes qui ne voudraient pas enfanter au moment de sa prise. NACREZ serait composé d’une seule hormone sexuelle féminine, le désogestrel, qui serait un progestatif. Contrairement aux pilules dites combinées, le NACREZ, serait une minipilule car elle ne contiendrait pas d’œstrogènes.


Parce que NACREZ ne contiendrait pas d’œstrogènes, cette minipilule pourrait être prise par les femmes qui auraient une intolérance en œstrogènes et/ou qui allaiteraient.

Comment prendre NACREZ ?

 

NACREZ serait à prendre tous les jours à une même heure avec une quantité d’eau suffisante. Pour le premier comprimé avalé (quand on commence la plaquette), il faudrait prendre le comprimé correspondant au jour de la semaine sur la plaquette (visible sur la première rangée à l’arrière de la plaquette).

Si l’utilisatrice débute NACREZ et qu’au par-avant elle n’avait utilisé aucun contraceptif hormonal :

  • Il faudrait qu’elle prenne le premier comprimé le premier jour de ses règles. L’utilisatrice serait alors protégée d’une éventuelle grossesse. La pilule pourrait également être débutée jusqu’ au cinquième jour, mais dans ce cas, durant les sept (7) jours qui suivent la prise, il serait préférable de combiné la contraception avec une méthode barrière.

Si l’utilisatrice utilise NACREZ en relai d’une pilule combinée, d’un anneau vaginal ou d’un patch contraceptif :

  • NACREZ pourrait être commencé le lendemain de la prise de la dernière pilule de la plaquette, le lendemain du jour de retrait habituel de l’anneau ou du patch. De cette manière, il n’y aurait pas l’habituelle pause entre les deux cycles et l’utilisatrice serait complètement protégée d’un risque de grossesse.

 

  • Si l’utilisatrice décidait d’observer la pause habituelle, NACREZ, pourrait être débuté le jour de la reprise soit de la pilule soit de l’anneau ou du patch. Dans ce cas, une méthode de contraception barrière lui devrait être combinée durant les sept premiers jours qui suivent le début de la prise.

 

Si l’utilisatrice prenait des minipilules avant NACREZ :

  • NACREZ pourrait être débuté à n’importe quel moment.

Si l’utilisatrice utilise NACREZ en relais d’un implant ou d’un dispositif intra-utérin (DIU):

  • NACREZ devrait être commencé le jour du retrait du dispositif intra-utérin (DIU) ou de l’implant.

 

Si NACREZ est utilisé après un accouchement :

  • Le contraceptif devrait être débuté avant le retour de couche mais pas au-delà du vingt-et-unième jour après l’accouchement. Dans ce cas, une méthode barrière lui devrait être combiné durant les sept jours suivant la prise de

 

NACREZ devrait être pris à une heure fixe tous les jours de sorte que  le temps entre deux prises soit de vingt-quatre heures (24h).

Que faire s’il y avait un oubli ?

  • Si l’oubli constaté est inférieur à douze heures (<12h), il faudrait prendre la pilule oublié et continuer comme à l’accoutumée la prise de

 

  • Si l’oublie est constaté après douze heures (>12h), il faudrait prendre immédiatement la pilule oublié et durant les sept jours qui suivent l’oubli, combinée la méthode avec une barrière contraceptive. Si l’oublie se trouve dans la première semaine du cycle, il est conseillé de voir un médecin s’il a eu un rapport sexuel antérieur à l’oubli.

 

  • En cas de vomissement grave ou de diarrhée de moins de quatre heures après la pise de la pilule, une méthode de contraception barrière devrait-être combinée avec NACREZ durant les sept jours qui en suivent.

 

Noter qu’une plaquette de NACREZ contiendrait vingt-huit (28) pilules, contrairement aux pilules combinées (vingt-et-un – 21), NACREZ n’observerait pas de pause entre deux plaquettes. Aussitôt la plaquette terminée, la suivante serait débutée sans attendre les règles.

NACREZ et les autres modes de contraception

NACREZ, minipilule aurait l’avantage d’avoir une efficacité pratique de 91%, une efficacité théorique de 99,7%. Cette pilule contraceptive ne nécessiterait pas la manipulation par un personnel médical au moment de sa prise et aucunement durant le rapport sexuel.

Par contre, NACREZ connaitrait quelques inconvénients, il ne protègerait pas contre les infections sexuellement transmissibles (IST) et sa prise pourrait être contraignante du fait d’être pris tous les jours à une heure fixe ; ce qui augmenterait le risque d’oubli.

A noter que comparé au stérilet ou au préservatif, NACREZ contiendrait des hormones. Son avantage serait qu’elle n’en contiendrait qu’une, permettant d’autres possibilités comme sa consommation par une femme qui allaite.

NACREZ serait une pilule de la troisième génération,
que devrait-on savoir sur cette pilule ?

 

Pour savoir à quelle génération appartiendrait sa pilule, il faudrait lire l(es) hormone(s) utilisée(s). Les pilules de la troisième génération contiendraient soit du désogestrel, soit du gestodène, soit du norgestimate. NACREZ contiendrait  soixante-quinze microgrammes (75µg) de désogestrel serait donc une pilule de la troisième génération.

La polémique sur les pilules de troisième et quatrième générations aurait été surtout suite à une plainte posée contre un fabriquant de pilule de ces générations.

Les sur-risques liés à la thrombose seraient surtout au début de la prise et pour les femmes qui auraient un facteur risque élevé tels que le tabagisme, le diabète, l’hypertension artérielle. D’où la nécessité de consulter un médecin avant la prise de pilule.

Les pilules seraient prescrites après examen médical et suivant une ordonnance par un médecin. De plus, un suivi médical serait aussi affecté à sa prise. Si l’utilisatrice supportait bien sa pilule NACREZ, de troisième génération, il n’y aurait pas de raison d’interrompre son traitement.

Il serait bon de savoir que selon un gynécologue endocrinologue à Paris, la pire des contraceptions serait de ne pas en prendre

Découvrez aussi :