7.2

Note testeurs

Etre enceinte, porter son enfant : c’est une noble tâche que la plupart des femmes désirent accomplir dans leur vie.

Mais la grossesse n’est pas toujours facile : elle peut survenir à des moments des plus inattendus enclenchant ainsi des responsabilités que l’on n’a pas toujours envie de prendre ;  ou alors elle se fait tellement désirer, si difficile à cause des problèmes de stérilité de l’un ou l’autre des parents, de compatibilité des partenaires…

De nos jours, avec le progrès des mentalités et de la science, le couple a souvent le choix de transmettre ou non la vie, de limiter le nombre de ses enfants.  Et, l’acte sexuel ne serait plus automatiquement lié à la procréation.

acheter MIRENA

Le développement de la contraception y joue un rôle important. Parmi les modes de contraception, il y a ceux qui sont classés naturels, certains chimiques, d’autres mécaniques ou combinés. Il y a le stérilet ou DIU ou dispositif intra-utérin.

Le stérilet est un dispositif en plastique souple et flexible que l’on placerait dans l’utérus par le médecin pour une période relativement longue. Le stérilet ne freinerait pas la fécondation, mais il compromettrait la nidation de l’embryon.

Actuellement, on noterait deux types de stérilets : le DIU avec cuivre  et le DIU hormonal progestatif. Le DIU avec cuivre, serait une contraception mécanique avec un fil de cuivre. Il changerait la composition du mucus cervical pour empêcher la nidation de l’œuf fécondé. De plus, le fil de cuivre affecterait les spermatozoïdes ou détruirait l’œuf. Quant au stérilet hormonal, comme le cas du stérilet Mirena, le fil de cuivre serait remplacé par un réservoir d’hormones. Ces hormones, quand ils sont  diffusés dans l’utérus agirait sur le développement de la muqueuse utérine pour défavoriser la nidation. Le réservoir d’hormones serait installé  dans la tige verticale du dispositif

Le sterilet Mirena

 

Le stérilet Mirena est un DIU hormonal produit par le Laboratoire Bayer Healthcare. Il serait fait de plastique souple en forme de T avec deux fils à son extrémité inférieure à utiliser pour son retrait. Son principe actif serait le lévonorgestrel.  Cette hormone progestative contenue dans le stérilet, serait libérée à faible dose, de manière continue, sans interruption dans la cavité utérine pour avoir une action contraceptive. L’efficacité de Mirena durerait 5 ans. Il serait efficace à  d’un taux d’efficacité avoisinant les 90% comme celui où l’on pratiquerait la ligature des trompes.

Le stérilet Mirena est prescrit sous ordonnance, après différentes analyses telles que l’hystérométrie pour déterminer la profondeur de l’utérus, le test de dépistage d’infections sexuellement transmissibles ou IST, d’infections génitales, des examens  pelvien, gynécologique complet, … Composé de trois éléments : le manchon, le corps et le fil, le stérilet Mirena aurait comme excipients du polydiméthylsiloxane pour le manchon, le corps en T serait composé de  polyéthylène et de sulfate de de baryum. Tandis que le fil de retrait serait fait de polyéthylène et d’oxyde de fer.

Son fonctionnement

 

Il est dit que le stérilet Mirena agirait  comme une méthode contraceptive hormonale, comme la pilule contraceptive, dans la mesure où nous aurions ici une libération continue de l’hormone progestative, à l’occurrence le levonorgestrel. La position du DUI dans l’utérus serait un facteur important pour son efficacité car sa place devrait lui permettre de couvrir uniformément  de levonorgestrel l’endomètre, mais également, pour éviter son éventuelle expulsion spontanée.

Le stérilet Mirena travaillerait de deux manières :

  • Au niveau de l’endomètre communément appelé la paroi de l’utérus, Il empêcherait son développement, faisant ainsi obstacle à la nidation de l’œuf fécondé
  • Il agirait également sur la structure de la glaire cervicale en l’épaississant et créant alors « comme un mur » au passage cervical des spermatozoïdes.

Le stérilet Mirena devrait être inséré pendant la première partie de cycle, soit au cours des sept (7) jours des règles. Ceci éviterait d’installer un DIU chez une femme qui serait enceinte. De même, à cette période, le col serait naturellement dilaté rendant ainsi la pose plus aisée. Avant sa pose, le médecin traitant est invité à expliquer à sa patience les avantages et les inconvénients de ce DIU. Si par hasard, l’on contracterait des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS), il faudrait avant tout soigner ces infections car le stérilet augmenterait les risques de complication. Le Mirena serait ainsi plus approprié aux femmes qui auraient des rapports sexuels stables.

Selon la littérature, Mirena conviendrait aussi aux femmes nullipares. Il pourrait aussi être posé tout de suite après une fausse couche ou après un avortement de premier à deuxième trimestre. Il pourrait également être inséré juste après un accouchement, mais l’idéal serait d’attendre 6 semaines pour que l’utérus reprenne sa taille normale.

Sa pose

 

La pose du stérilet pourrait donner lieu à des petites douleurs, des saignements et des contactions utérines. Des médecins conseilleraient de prendre de l’analgésique pour soulager ces douleurs ; ou alors la prise de médicament anti-inflammatoire une heure avant l’intervention devrait aussi amoindrir l’inconfort. Par ailleurs, on recommanderait également d’attendre 72h avantde faire un rapport sexuel. Des risques d’expulsion du DIU pourraient survenir pendant la première année. Le taux d’expulsion enregistré serait de 3,4%

Le stérilet Mirena nécessiterait un suivi médical 4 à 12 semaines après sa pose ; ensuite tous les ans.  Le fil de retrait demanderait un contrôle mensuel. Et au cas où il serait introuvable, on devrait avertir son médecin. Comme toute méthode contraceptive hormonale, Mirena pourrait ne pas être tolérée par l’organisme. Et si des saignements  ou des douleurs persistent après quelques cycles, il faudrait songer à le retirer.

Effets indésirables & inconvénients

Avec Mirena, le cycle menstruel pourrait être irrégulier ; des saignements imprévus ou répétés pourraient également survenir au  milieu du cycle. On enregistrerait un arrêt complet du cycle chez 20% des femmes après un an de pose. Les forums parlent beaucoup de maux de tête, d’hypersensibilité ses seins, de gain de poids, d’acné et de peau grasse, et même de crampes, de diminution de libido, voire de dépression.

Pour la santé, Mirena pourrait augmenter la probabilité d’attraper des maladies inflammatoires pelviennes lors du premier mois de la pose. Et s’il y avait une infection non soignée lors de l’insertion du DIU, des complications pourraient apparaitre et cela pourrait provoquer une infertilité par la suite.

Pareillement, au moment de la pose du DIU, il pourrait y avoir de risque de perforation de l’utérus. Le taux de probabilité d’un tel accident serait d’une femme sur mille. Il faudrait alors retirer le stérilet. Et s’il a migré vers d’autres endroits, hors de la cavité utérine, endommageant des tissus et organes par cicatrisation et/ou infection, une intervention chirurgicale serait utile pour retirer le stérilet et pour réparer l’utérus.

Lors des relations sexuelles, le partenaire pourrait sentir la présence des fils. Durant les trois à six premiers mois de la pose, il se pourrait que des saignements irréguliers surviennent. Et du coup, les femmes pourraient perdre les repères qui les aideraient à connaitre le bon le fonctionnement de leur corps et de leur cycle.

Avantages

Actuellement, on parle du stérilet Mirena comme s’il serait la deuxième méthode contraceptive hormonale préférée des françaises. Car elles trouveraient que ce DIU fiable et aurait une durée de vie relativement longue (5 ans). Qu’il serait discret car non visible.

Qu’avec lui, on noterait moins d’abondance de menstruation et dans la plupart des cas, les règles s’arrêteraient après un an de pose. Par ailleurs, le DIU Mirena ne contiendrait pas d’œstrogène, il conviendrait  alors aux femmes sensibles à ce type d’hormone. Mais surtout, le stérilet Mirena n’a pas besoin d’être prise quotidiennement, ainsi le risque d’être enceinte à cause de l’oubli de la prise du médicament serait pratiquement nul.

Contre-indications

Le stérilet Mirena serait contre-indiqué pour les femmes qui seraient ou penseraient être enceinte. Il serait également déconseillé pour celles qui auraient une endométriose, une infection pelvienne ou chez qui on aurait détecté la présence de cellules anormales au niveau du col de l’utérus ; ou encore la possibilité d’une malformation utérine. Les saignements vaginaux de cause inconnue, les femmes ayant de l’ITSS courante ou récidivante seraient aussi contre-indiquées.

En outre, il faudrait aussi tenir compte des autres contre-indications liées à l’emploi d’une contraception progestative comme la thrombose veineuse, les migraines avec des symptômes neurologiques ou un cancer du sein actuel ou en rémission depuis moins de cinq ans. Les femmes ayant des affections hépatiques ou ayant une cardiopathie

En résumé

Ainsi, le stérilet Mirena serait plébiscité grâce tous les avantages qu’il offrirait. Avec lui, le taux de risque d’être enceinte serait quasiment nul. Mais s’il  arrive que certaines femmes le deviennent quand même, on pourrait assister à une fausse couche. Et si l’embryon n’est pas expulsé et que la femme enceinte désirerait garder l’enfant, il se développerait sans danger car il ne serait pas gêné par le stérilet.

Toutefois, le stérilet Mirena serait également controversé à cause de tous les effets secondaires qu’il provoquerait en tant que contraception progestative, pour ne citer que les prises de poids, les céphalées, les saignements irréguliers, …