8.7

Note testeurs

L’asthme serait, de nos jours, une maladie qui atteint un peu moins de 10% des adultes en France. Au cours des deux dernières décennies, le nombre de personnes asthmatiques a doublé. Ce, bien que les statistiques informent sur une tendance à la stabilité, notamment dans les pays développés.

Plusieurs facteurs pourraient provoquer l’asthme. Comme les facteurs allergiques, les maladies des voies aériennes supérieures (comme la rhinite ou les rhinosinusites), la pollution, la prise de médicaments (du genre bétabloquants ou l’aspirine), les infections respiratoires. Il se pourrait également qu’il s’agisse de facteurs hormonaux ou même psychologiques.

Le traitement de l’asthme est ainsi une préoccupation des chercheurs, d’autant plus que cette maladie caractérisée par une inflammation chronique des voies respiratoires, est aggravée par la pollution de l’air que nous connaissons tous actuellement. On dit d’une personne qu’elle est asthmatique quand elle présente des difficultés respiratoires qui surviennent de façon plus ou moins brutale : dyspnées et sifflements expiratoires, sensation d’oppression thoracique. Ces signes surviendraient de jour comme de nuit. Des crises qui apparaissent en plein sommeil pourraient réveiller le malade. C’est malheureusement plus fréquent.

Acheter Airomir

A l’apparition des crises, le malade est très faible et parfois, le moindre mouvement lui est impossible. On parle également d’exacerbations. Le malade serait dans ce cas, atteint plus gravement. Les crises durent plusieurs jours. Dans ces cas, seule la prise de médicament, surtout en inhalation, peut le soulager. La complication de cette maladie pourrait aboutir à un asthme aigu grave. Le patient n’arrive presque plus à respirer car il présente une obstruction bronchique. Des cas d’asthme nécessiteraient une hospitalisation. D’autres, des soins d’urgence. Mais tout ceci a un coût, et de l’efficacité du (ou des) médicament(s) prescrit(s), dépendra le séjour à l’hôpital ou la durée du traitement d’urgence et le rétablissement du malade.

Il existe de nombreux médicaments, et leur prise nécessite l’avis d’un médecin. En fait, comme décrit précédemment, l’asthme peut se présenter sous plusieurs formes. Le traitement dépendrait aussi bien du temps pendant laquelle le malade aurait été diagnostiqué comme asthmatique, que de la gravité de sa maladie d’après les symptômes qu’elle présenterait. Il existerait même un classement de la maladie asthmatique suivant son degré de sévérité : sévère, modéré, persistant léger ou intermittent.

Un des médicaments, utilisé dans le traitement de cette maladie de notre temps qu’est l’asthme, serait l’Airomir. C’est une suspension en flacon à inhaler par voie buccale.

L’Airomir et son efficacité

 

L’Airomir serait l’un des médicaments prescrits pour le traitement symptomatique de l’asthme. Il serait également utilisé en cas d’exacerbations dans la maladie asthmatique ou en cas de bronchite chronique.  Par ailleurs, l’Airomir serait aussi efficace en prévention de l’asthme dit d’effort. Il s’administrerait en inhalation buccale. Contrairement à d’autres produits, Airomir serait, du point de vue pratique, plus facile à utiliser. Surtout pour les sujets qui auraient des difficultés à synchroniser la main et les poumons. En effet, de nombreux malades qui auraient utilisé Airomir, se seraient rendus compte de ce côté très pratique du flacon avec son embout buccal. D’après eux, ce serait un plus non négligeable, par rapport aux autres médicaments. Car il faut savoir qu’Airomir aurait pour principe actif le Salbutamol, substance qu’on retrouve dans d’autres médicaments pour le traitement de l’asthme et des maladies respiratoires.

Pour plus d’efficacité, avec Airomir, il serait conseillé d’expirer et ensuite d’inspirer en activant l’inhalateur. Ensuite, retenir sa respiration pendant quelques secondes après l’inhalation. Comme cela, le médicament entrerait plus facilement dans les voies respiratoires et soulagerait plus rapidement la crise. Enfant comme adulte pourraient l’utiliser, suivant la dose prescrite par le médecin.

Comment est présenté l’Airomir, et comment le prendre ?

 

Airomir serait présenté en flacon pressurisé de 200 doses. Soit, 100µg/ dose. Il contiendrait comme excipients : de l’acide oléique, de l’Ethanol, et du Gaz de pressurisation Tétrafluoroéthane (HFA 134a). On connaitrait ce médicament sous le nom : Airomir Autohaler.

Les fabricants d’Airomir Autohaler sont les laboratoires 3M Healthcare, à Leicestershire en Angleterre ou les laboratoires 3M Santé à Pithiviers. Tandis que le titulaire et exploitant de la marque serait Teva santé.

En cas de crise ou d’exacerbation, il faudrait prendre 1 à 2 bouffées. Ce, dès l’apparition des premiers signes. Il serait possible de procéder à d’autres prises de la même dose, quelques minutes plus tard, au cas où il n’y aurait pas apaisement. Toutefois, il serait déconseillé de prendre plus de 15 bouffées par 24 heures

Cette même dose, de 1 à 2 bouffées, serait également à prendre une demi-heure avant un exercice, en cas d’asthme d’effort.

Le Salbutamol, principe actif de l’Airomir, sous-forme de sulfate de salbutamol, agirait sur les muscles bronchiques en y exerçant une action stimulante. Les bronches se dilateraient alors de façon significative. La rapidité de cette action serait de quelques minutes seulement. Mais son efficacité pourrait aller jusqu’à 4 heures, voire 6 heures. Durée assez courte, mais qui permettrait de mesurer la gravité de la maladie au cas où les crises seraient moins espacées ou plus sévères.

L’Airomir a-t-il des contre-indications ?

 

L’Airomir, comme tout médicament, serait prescrit pour des cas précis, par le médecin traitant. Il conviendrait donc au type et à la gravité de la maladie à traiter ou à prévenir.

L’Airomir serait un médicament qui pourrait être pris seul ou en complément d’un traitement, suivant la sévérité de la maladie. L’association d’Airomir avec d’autres médicaments, similaires ou non, devrait toujours faire l’objet d’un avis médical.

Le malade devrait arrêter la prise d’Airomir au cas où la gêne respiratoire ne serait pas soulagée de façon rapide (c’est-à-dire, quelques minutes après l’inhalation). Il se pourrait aussi que la dose habituelle ne suffise plus, ou que les crises deviennent plus fréquentes. Dans ces cas, il serait nécessaire de demander l’avis du médecin, et de ne pas en augmenter la dose.

En cas de grossesse ou d’allaitement, il n’y aurait pas d’avis de contre-indication de l’Airomir, à ce jour.

Par contre, il pourrait survenir des tremblements des extrémités, des palpitations, des crampes musculaires ou des maux de tête. Mais ce ne sont que des effets indésirables qui apparaitraient très rarement chez certains patients.

Sign In

Lost Password

Sign In

Xenical

XENICAL

PROMOTION EN COURS !
EN SAVOIR PLUS !
* OFFRE LIMITÉE